Archives pour la catégorie Lectures petits et grands

Les plantes ont-elles un zizi ?

les-plantes-ont-elles-un-zizi

Les plantes ont-elles un zizi ? et autres questions fondamentales sur les végétaux, de Jeanne Failevic et Véronique Pellissier, illustrations de Cécile Gambini, éditions Actes Sud junior, 2013.
Avec ce livre écrit par une adhérente active du GDA vous saurez tout sur le zizi des plantes…. laissez-le trainer sur la table, la commode ou les toilettes pour que la sexualité de nos amis les végétaux n’ait plus de secret pour votre petit, ado ou plus grand.

Sandrine S.

3 livres pour enfants autour de l’environnement

developpement-durable-petits-pas300livre-enfants-environn-ecologieblog-livres-enfants-biodiversite-petits-pas

• Le développement durable à petits pas, publié en mai 2006 et lauréat du prix jeunesse du festival du livre d’écologie en 2007. Nouvelle édition actualisée en septembre 2012.

• Écologie et Environnement, paru en octobre 2008, lauréat en 2009 du prix jeunesse du festival du livre d’écologie.

• La biodiversité à petits pas, paru en mai 2010.

Ces trois livres écrits chez Actes sud junior (2 dans l’excellente collection « À petits pas » et le troisième en partenariat avec l’ADEME) par Catherine Sanson-Stern adhérente du GDA représentent une mine d’information autour de l’environnement et de la biodiversité.

« Qu’ont en commun une bactérie, un champignon, une orchidée, une araignée, un dinosaure, une girafe et un être humain ?« .

Pour connaître la réponse rendez-vous à l’intérieur de La biodiversité à petits pas !

Jeanne F.

La bio entre business et projet de société

2013-12-la bio

La bio entre business et projet de société, sous la direction de Philippe Baqué, avec des textes notamment de notre paysan-maraîcher Pierre Besse, coll « Contre-feux », Agone, 2012

(Philippe Baqué est journaliste et contribue à de nombreux journaux comme Le Monde Diplomatique et Politis…)

Un livre indispensable pour comprendre les enjeux de la bio et revenir à des valeurs de solidarité et d’humanité sur lesquelles  – on a trop tendance à l’oublier ! – repose aussi  la démarche de l’agriculture biologique.

Sur la 4ème de couverture, on peut lire :

La grande distribution propose des produits bio importés de l’autre bout du monde, à l’empreinte écologique catastrophique, cultivés par des ouvriers sous-payés et revendus entre cinq et dix fois leurs prix d’achat. Pendant ce temps, des paysans vendent leurs produits bio, avec une réflexion sur un prix juste, sur des marchés de plein vent ou au sein d’Amap.

Plutôt qu’une démarche indissociablement écologique, sociale et politique, peut-on réduire la bio à une distribution d’aliments sans pesticides pour consommateurs inquiets de leur santé ? La bio peut-elle se mettre au service du « bien-être » d’une partie de la population sans ébranler les fondements de la société de consommation ?

Pour accompagner la lecture, l’émission Terre à terre de Ruth Stégassy sur France Culture le 2 février 2013 « Les dérives de la bio » avec Philippe Baqué et Pierre Besse

Et aussi un extrait d’un article du Monde Diplomatique intitulé « Florissante industrie de l’agriculture biologique » (février 2011)